Censure XXX Guide pour protéger votre famille...
Apprenez à maîtriser le contenu d'Internet
CENSURE XXX > UN MATÉRIEL PUBLICITAIRE NON AGRESSIF

Vous est-il déjà arrivé d'ouvrir un lien sur le net et pouf ! Des images pornographiques fusent de trois ou quatre coins à la fois, vous êtes pantois, sûrs de n'avoir rien touché qui justifie cette publicité choquante. Et pourtant… Pour éviter que le sexe ne s'étale avec autant de facilité sur les écrans d'ordinateur, faudrait-il que la promotion de sites pornographiques/érotiques se fasse plus discrète ? Bien sûr que si ! Discrète et ciblée même… Et pourquoi pas payante ? Comme à la télé. Ainsi on réduirait le nombre de pages qui nous éclatent au visage sans que l'on n'ait cliqué sur quoi que ce soit. Pour un net plus net, exit les promo porno !
Toute forme de promotion liée au monde de la pornographie n'a pas véritablement sa place sur un espace de consultation qui s'adresse à un public aussi global que celui du net. Si on tolère la publicité concernant les sites XXX, il conviendrait de le faire dans le respect de la clientèle qui fréquente Internet, donc avec discrétion. En ménageant de toutes petites vignettes, en affichant des bannières dont le visuel ne risque pas de choquer une audience de tous âges, en utilisant des mots qui n'incitent pas à la violence ou à la vulgarité.

Il conviendrait de prendre garde aux mots qu'utilisent les éditeurs de sites XXX d'ailleurs. Parce que le jargon pornographique récupère un nombre important de termes anodins aux oreilles enfantines mais si tendancieux dans le monde adulte. Parce que le mot "pipe", si souvent associé à la fellation, aboutit inévitablement sur des liens pornographiques lorsqu'il est renseigné dans le champ d'un moteur de recherches, il devient impossible d'utiliser des logiciels de filtrage efficaces tout en sachant que 30% des mots courants sont abondamment utilisés dans les promotions pornographiques.

Des mots tels que : abricot (sexe féminin), banane (sexe masculin), boules (seins, testicules, jouet érotique, etc.), cocktail (associé au sperme) crevette (sexe féminin), donjon (endroit SM), douche (urine ou sperme), espagnole (terme associé à branlette), fontaine (femme qui éjacule), huître (sexe féminin), jeux de rôle (version adulte), limace (verge à l'état de flaccidité), matures (femmes âgées obsédées), obéissance (soumission sexuelle), petite (jeune proie facile)… Des mots aussi bénins que : amateurs, asiatiques, blacks, bourgeoises, chatte, dial, engin, infirmières, moule, rasoir, secrétaires, torpille, voisines, et des centaines d'autres encore. Bref, des mots chaque jour en usage dans le langage courant, des mots que l'on cite dans un contexte familial, et qui peuvent faire l'objet de recherches sur le net. Aussi, malgré tous les logiciels de protection que pourraient se procurer les parents consciencieux, il faut rester réaliste : on ne peut tout simplement pas exiger du milieu pornographique un langage spécifique pour éviter aux parents une liste exhaustive de mots interdits. Ce serait d'ailleurs une sorte de retour à un obscurantisme non souhaitable.

Il n'existe pas véritablement de solutions viables pour soustraire les enfants et les jeunes aux campagnes de publicité agressives des promoteurs de sites pornographiques outre une interdiction, pure et dure, sur les pages non payantes du net. La seule proposition acceptable serait que toute forme de contenu à caractère sexuel ne soit visible qu'à partir d'accès payants. Mais dans ces conditions, se posera aussi la question du libre choix : comment trouver un site pornographique quand on le souhaite ? Et quelle serait la meilleure façon de faire le marketing d'un produit légal, lorsqu'il s'adresse à un public majeur, sans offenser les internautes qui n'ont pas l'âge ou tout simplement pas le goût de se frotter à cette promo ?
 
Ce que les parents croient n'a rien à voir avec la réalité des enfants sur le net…

Norton online Living Report et Symantec publiait en 2008 une étude sur les habitudes des internautes, réalisée auprès d'environ 2500 personnes de pays différents. Or les résultats de cette étude sont parfois fort inquiétants :

- En France, 2% des parents croient que leur enfant a déjà subi une sollicitation sur le net par des inconnus alors que 27% des enfants affirment que cela a été le cas.

- En France 18% des adultes tiennent un blog alors que 41% des enfants s'y adonnent…

- 46% des enfants se font des amis en ligne. 9 enfants sur 10 adhèrent à des jeux en ligne. 74% des enfants français partagent des photos et vidéos sur des sites dédiés à ce type d'échanges. 93% des enfants français utilisent Internet pour leurs recherches scolaires.

- 32% des parents ont installé un logiciel de contrôle parental sur leur ordinateur. 25% affirment avoir déjà surveillé l'utilisation d'Internet par leur enfant. 5 parents sur 10 transmettent des conseils de sécurité à leur enfants pour naviguer en sûreté.

- 1 enfant sur 5 admet faire sur Internet des choses que sa famille désapprouverait.

- 25% des enfants avouent recevoir des demandes de données personnelles via le net alors que seulement 2 parents sur 10 croient que c'est le cas.

- 16% des enfants affirment avoir eu un contact avec une personne rencontrée sur le net dans le monde réel alors que seulement 5% des parents croient que c'est le cas.
CENSURE XXX > UN MATÉRIEL PUBLICITAIRE NON AGRESSIF EN SAVOIR PLUS > Un matériel publicitaire envahissant
Copyright © CENSURE XXX - Toute reproduction meme partielle, strictement interdite. Partenaire : Affiliation | Comment